Bienvenue sur le blog des Expériences Touristiques !

Visiter autrement, ici et ailleurs…


Une EXPERIENCE TOURISTIQUE ?
Une pause ludique et décalée dans l’expérience d’une ville, d’un site... la ville comme terrain de jeu.
Un blog de veille et de partage sur le visiter autrement, les initiatives de smart citizen, ici et ailleurs.
A très vite ?!


Archive for avril, 2012


04.27

2012

Poème de Adèle

Une sombre Lanterne obscurcissait la nuit.
Un doux tremblement de ciel caressa la Terre.
Un Mignon brin d’herbe s’est enroulé autour de mon doigt !

Tiens, tiens, un poetic trip de Metz… Rappelez-vous…Merci Adèle !

04.04

2012

Holly Gramazio (collectif Hide&Seek) a le plus beau métier du monde !

La ville comme terrain de jeu : les années 2000 ont vu naître dans les pays anglo-saxons une nouvelle génération de jeux qui se pratiquent en ville, par tous et qui s’adressent aux …. adultes.

Point sur la tendance des « pervasive games »* à l’occasion de la seconde édition de la semaine digitale à Bordeaux qui vient de s’achever.  Les organisateurs ont eu (entre autres) la bonne idée d’inviter Holly Gramazio, conceptrice de jeux urbains au sein du collectif anglais Hide&Seek.

Pour ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de pratiquer, en guise d’introduction aux bons conseils de Holly, voici trois exemples de cette toute nouvelle génération de jeux urbains, un par type.

  • Des évènements. Des jeux qui ne se jouent qu’une seule fois et sont l’occasion de rassembler plus de 10 000 personnes. Exemple, les « new year games » organisés par Hide&Seek justement, à Edimbourg, le 1er janvier dernier (http://thenewyeargames.com/)
  • Des applications qui permettent de jouer à tout moment, nécessitant peu de logistique, comme ce détournement des manettes de jeu de la Playstation conçu par le collectif danois die gute fabrik : «Johann sebastian joust » http://gutefabrik.com/joust.html
  • Enfin, des installations, comme le Laser Trap où il s’agit de passer à travers les lasers sans les toucher ou bien, pour revenir au travail de Holly, les « Tiny games » des jeux autonomes dispersés dans un quartier de Londres cet été avec des régles très simples indiqués sur des stickers http://www.hideandseek.net/2011/08/15/tiny-games-at-the-southbank/

 

AHHHH LA voici, en chair et en os, dans sa jolie robe printanière telle Alice au pays des merveilles à nous sourire tout en avouant faire le plus beau métier du monde : Imaginer des jeux pour adultes dans la ville, gratuits et accessibles à tous.

Sa première expérience de jeu ? « A journey to the end of the night » qui finira de la convaincre que le jeu peut être un métier.

Son métier, justement ? « essayer jusqu’à ce que soit drôle, vraiment ». La conception d’un jeu se déroule en quatre phases :

  1. Avoir des idées de jeux ( !)
  2. Définir des règles
  3. Travailler les détails
  4. Tester, affiner, recommencer …« until it’s real fun »

 Un bon concepteur de jeu doit selon elle respecter les six règles suivantes :

  1. Simplicité : le joueur est feignant, il doit comprendre très rapidement les règles ; idéalement en moins de 1 minute. Il peut ainsi entrer dans le jeu de manière quasi spontanée sur une impulsion
  2. Gagner est utile : si l’heure n’est pas à l’élimination de joueurs et que chaque joueur dispose de son propre moteur, le joueur aime gagner et cela justifie pour certains adultes l’action de jouer
  3. L’enthousiasme est dangereux ! En tant qu’organisateur, il faut penser aux risques liés au terrain de jeu. La ville ne s’arrête pas, un participant peut  traverser la route sans faire attention, les mouvements de foule sont à anticiper…
  4. Tricher est inévitable. Oui, et, finalement, cela fait partie du jeu, certains ne conçoivent pas de jouer sans tricher. Et alors ?
  5. Chaque joueur est différent : ce qui plaira à l’un n’est pas forcément ce qui plaira à un autre. Les leviers utilisés déterminent des profils de participants. Enfin, il faut bien expliquer ce qu’ils auront à faire sur le plan physique : marcher, courir… et la durée de l’effort.
  6. Tester est vital. Le jeu, c’est sérieux.

 Pour conclure, Holly nous livre selon elle les bienfaits du pervasive game :

⁻          Une participation et attention de tous les acteurs

⁻          Un esprit de camaraderie, gentillesse et de coopération

⁻          Une expérience unique de la ville, un souvenir qui reste , même une fois le jeu terminé

⁻          Une réponse à un besoin des populations : les adultes aiment jouer (si si)

Merci Holly ;-) 

Pour ceux qui s’intéressent à l’animation du territoire notamment sur les aspects de différenciation et de cohésion sociale, cette nouvelle génération de jeux est une piste prometteuse, non ? Si les agences de publicité ont depuis longtemps investi ce media, les collectivités ont  plus de mal à se lancer, ces activités nécessitant le plus souvent des montages publics-privés. Dans le cas des « New year games » d’Edimbourg, la ville a pris en charge les prestations de 4 artistes acteurs du jeu, tandis que les commerçants se regroupaient pour faire jouer le jeu dans leur espace et que des partenaires privés apportaient essentiellement des dotations en nature.

Bon, prêts à vous lancer ? Réservez par exemple vos 17, 18 et 19 juin prochain pour vous rendre à Berlin, au Festival organisé par Invisible playground…

SCOOP ! Vous n’êtes pas prêts à aller si loin ? Il n’est pas inenvisageable d’envisager la création par Holly d’un jeu sur Bordeaux, pour la prochaine édition de la semaine numérique…Youpiiiii !

* Pervasif  « aller de toute part, s’insinuer, se propager, se pénétrer dans, s’étendre, imprégner, se répandre, faire répandre, envahir ».


Fan de : Lonely Planet - Latourex ~ Expériences touristiques, 10 rue agrippa d’aubigné 17 000 La Rochelle ~ Contact ~ Sites partenaires ~ Mentions legales
Réalisation Moustic
agence Internet et Multimédia